19/09/2007

Rudy Aernoudt continue le combat

www.lalibre.be 

Politique - polémique

Rudy Aernoudt continue le combat
christian laporte

Mis en ligne le 19/09/2007
- - - - - - - - - - - 

Rudy Aernoudt revient sur les vraies raisons de sa démission.
Et quoi qu'on en pense, il ne voit l'avenir de la Flandre qu'en Belgique et en Europe.

BELGA

entretien

Trois jours après avoir été démis comme secrétaire-général à l'administration flamande, Rudy Aernoudt n'a rien perdu de son esprit critique.

Vous avez toujours du punch à revendre...

Mais pourquoi pas ? Tout ce que je laissais déjà sous-entendre se voit confirmé. Quant à certaines attaques qui me visent maintenant, il est clair que certains n'apprécient pas que je continue à faire de la résistance.

Selon vous, le gouvernement flamand vous a démis alors qu'il n'avait pas tous les éléments en main.

La ministre Moerman a reçu dès le 16 août le rapport de l'ombudsman faisant état de certaines malversations dans son cabinet. Elle aurait dû y répondre pour le 10 septembre mais ce jour-là elle a demandé une prolongation de 10 jours. C'est dans cet intervalle que j'ai reçu mon C4 dans ma boîte... Il apparaît maintenant que le gouvernement flamand n'était pas au courant de ce rapport quand il m'a éjecté...

Mais officiellement, l'on vous reproche d'avoir déclaré qu'il y avait de nouvelles structures flamandes inutiles et que vous n'avez pas réagi contre la pétition faisant de vous un primo-ministrable...

 

On ne m'a certainement pas reproché d'avoir modernisé mon administration, tout au contraire mais il ne fait pas de doute que le gouvernement flamand n'a pas la même vision que moi de l'avenir de la Flandre. Jusqu'à preuve du contraire, un fonctionnaire a le droit d'avoir et d'exprimer des idées. Je ne suis pas contre la Flandre mais pour moi son avenir se situera en Belgique et en Europe.

 

Mais encore...

Je suis clairement favorable à ce qu'il y ait une plus grande efficacité dans les structures régionales ; en même temps, je plaide pour la collaboration interrégionale et, enfin, je suis un supporter d'une application correcte du principe de subsidiarité, ce qui veut dire que dans certains cas, il faut plus de pouvoir pour les entités fédérées mais ça n'exclut pas non plus que l'on défédéralise certaines compétences.

 

D'aucuns vous voient déjà entrer en politique...

 

Jean-Marie Dedecker s'est exprimé parce que nous nous connaissons en fait depuis 25 ans lorsque nous avons travaillé dans la même banque. Cela dit, mes idées sur la Belgique ne sont pas vraiment les siennes, et encore moins celles du Belang...

Votre combat continue ?

Oui, j'y suis encouragé par les anonymes qui lèvent spontanément le pouce en rue pour me dire qu'ils apprécient la ligne que je suis. Et cela aussi bien à Bruxelles qu'en Flandre. J'entends donc continuer mon combat pour une véritable bonne gestion et je consulterai d'ailleurs un juriste dès ce jeudi...

Et puis, je dois quand même faire honneur au prix du courage politique que j'ai eu de B Plus et à celui qui m'a été donné dans le cadre des prix Condorcet-Aron. Des distinctions qui encouragent à se battre pour une société qui reste résolument solidaire.

19:22 Écrit par Ensemble pour une Belgique pleine d'avenir - Samen voor een Belgi dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rudy aernoudt b plus |  Facebook |