23/02/2009

Communiqué de presse

 

BPlus estime que le FDF ne défend plus les Francophones.

Depuis presque deux ans maintenant que dure la crise communautaire dans notre pays, le FDF a toujours fait en sorte de torpiller toutes les chances d’accord communautaire entre responsables flamands et francophones par ses positions crispées et ses déclarations provocatrices. Il est par ailleurs de notoriété publique que son président, Olivier Maingain, est considéré comme un anti-Flamand viscéral (surnommé « Vlamingenhater ») par l’ensemble de la classe politique et médiatique flamande, en ce compris sa frange la plus modérée. Tant qu’il sera à la table des négociations, rien ne sera possible !

 

Le FDF ne défend donc plus les intérêts des Francophones de ce pays car il empêche toute résolution équilibrée des questions communautaires. Comptant d’ailleurs plus de députés au Parlement flamand qu’au Parlement wallon, ce parti ne prétend pas résoudre les problèmes quotidiens des Wallons et des Bruxellois mais plutôt se battre pour appliquer son programme uniquement communautaire digne d’un autre âge.

 

            BPlus, qui a toujours défendu avec autant de vigueur les facilités et les droits des Flamands de Bruxelles, est convaincu que des solutions win-win existent et que se braquer sur le tracé d’une frontière relève d’une mentalité du siècle dernier. BPlus plaide par exemple depuis des années pour la scission de B-H-V tout en améliorant les droits électoraux de tous les Belges, Francophones de la périphérie y compris, via l’instauration d’une circonscription électorale nationale.

 

Les extrémistes linguistiques, tels le FDF, ou les nationalistes, tels la N-VA, ne veulent bien sûr pas entendre parler de ces arguments car cela détruirait leur fonds de commerce électoral.

 

 

17:31 Écrit par Ensemble pour une Belgique pleine d'avenir - Samen voor een Belgi dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.